Nouvelle déception pour les femmes d’Afrique sub-saharienne

Le VIH est la principale cause de décès des femmes en âge de procréer dans les pays en développement et, à l’échelle mondiale, les jeunes filles de 15 à 24 ans ont des taux d’infection deux fois plus élevés que les jeunes hommes.
Publié le 25.02.2015.
vih, FemPrEP, VOICE, femmes, microbicides, PrEP

Or, malgré cette situation alarmante et les efforts scientifiques déployés, on peine à trouver des stratégies préventives adaptées aux besoins de ce groupe particulièrement exposé. FemPrEP et VOICE, deux études menées auprès de jeunes femmes en Afrique australe et publiées respectivement en 2012 et 2015, n’avaient pas réussi à démontrer l’efficacité de plusieurs schémas de PrEP orale et à base de microbicides. La principale raison de ces échecs était le manque d’observance de la part des participantes qui, pour la majorité, n’avaient pas pris les traitements selon les indications des prescripteurs.

C’est avec les leçons de ces essais en tête qu’Helen Rees (Université de Wits, Johannesburg) à entrepris d’évaluer, avec FACTS 001, l’efficacité d’un gel microbicide à base de ténofovir appliqué avant et après les relations sexuelles, essayant ainsi de confirmer les résultats encourageants de l’étude Caprisa 004 publiée en 2010.


Malheureusement, FACTS 001 n’a montré aucune réduction significative du nombre d’infections chez les femmes recevant le gel actif par rapport à celles assignées au bras placebo. Encore une fois, l’observance a fait défaut : seules 13% des participantes ont réussi à utiliser le gel pendant plus de 80% des relations sexuelles, et à atteindre de la sorte un bon niveau de protection.

Les autres, en moyenne, en ont fait un usage qui est loin d’être nul, mais demeure insuffisant, avec en moyenne une couverture de 50% à 60% des relations sexuelles. Le jeune âge des participantes (23 ans en moyenne), leur statut marital (88% étaient célibataires) mais aussi le fait de vivre pour la grande majorité avec les parents pourraient expliquer en partie ces résultats.

En effet, un gel contenu dans des applicateurs plutôt encombrants et, de ce fait, peu discrets semble inadapté à une sexualité le plus souvent occasionnelle, se déroulant en dehors du domicile des participantes

 

Veronica Noseda - Sidaction