HIVR4P 2014 : Le VIH en Afrique du Sud aujourd’hui

Ce n’est sûrement pas un hasard que l’Afrique du Sud accueille la première conférence « HIV Research for Prevention » (HIV R4P) qui réunit les acteurs de la recherche en prévention de la transmission du VIH, un enjeu prioritaire dans le monde et particulièrement pour ce pays.
Publié le 27.10.2014.

 

Avec une population de 52,3 millions d’habitants, une taille comparable à celle de la France (66,03 millions d’habitants), l’ampleur de l’épidémie VIH en Afrique du Sud est sans commune mesure avec celle de notre pays. Selon les estimations les plus récentes, le nombre de personnes vivant avec le VIH en Afrique du Sud dépasse les 6,3 millions, contre environ 150 000 en France (1).

Point sur le VIH en Afrique du Sud aujourd’hui

Les effets de l’épidémie sur la population dans son ensemble sont dévastateurs à plusieurs niveaux : individuel, familial (2,4 millions d’enfants ont été rendus orphelin par le sida (2) ), générationnel (la prévalence chez les jeunes femmes de 15 à 24 ans est estimé à 13,9 %, alors qu’au même âge elle est de 3,9 % chez les hommes (3) ). Et les répercussions sanitaires vont au-delà du VIH, comme le démontre par exemple l’augmentation exponentielle des cas de tuberculose, passés de 300/100 000 personnes dans les années 1990 à 950/100 000 en 2012 (4).

 

Avec un tel impact, le VIH est au centre des questions de santé en Afrique du Sud

Les traitements ARV ont été introduits en 2003 en Afrique du Sud, après une période de déni du gouvernement de l’ancien président Thabo Mbeki face à l’épidémie de VIH/sida. En 20 ans, le pays a connu des transformations majeures, passant de l’apartheid à une démocratie constitutionnelle impliquant une transition profonde dans la société. Pourtant, des disparités sociales persistent, notamment, en termes de santé, les personnes vivant avec le VIH n’ont pas toutes accès à des soins adéquats, malgré des améliorations extraordinaires dans la prise en charge dans la dernière décennie.

 
Aujourd’hui, les efforts organisationnels et financiers sont réels, l’aide internationale est mobilisée pour lutter contre le VIH dans le pays et plus de 2 millions de personnes sont sous ARV (environ 40% des personnes en indication de traitement). Toutefois, l’Afrique du Sud aurait besoin de trois fois plus de professionnel de santé face à l’épidémie de VIH .

 

Sophie Lhuillier - Sidaction

 

 (1) Rapport Morlat
 (2) Unaids, données de 2013
 (3) Unicef, données de 2012
 (4) Churchyard GJ, Mametja LD, Mvusi L, et al. Tuberculosis control in South Africa: successes, challenges and recommendations. S Afr Med J 2014;104:Suppl 1:244-248